15/09/2016

Conférence Viande, œuf, lait : Allons-nous vers une consommation éthique ?

Le bien-être animal en questions

Dans un contexte de diffusion régulière d’images choquantes, JEAN-YVES MENARD, responsable bien-être animal Coop de France, pose la question « ces remous médiatiques reflètent-ils une réelle demande des consommateurs vers un consommation plus éthique ?».  Olivier PARNET (TNS Opinion et social) apporte des éléments de réponse avec les résultats de l’étude Eurobaromètre « Attitudes des Européens à l’égard du bien-être animal. » menée auprès d’un millier de personnes dans chaque pays de l’U.E

Un sujet de préoccupation réel, « surtout pour les plus riches ».

Sans surprise, 98% des Français se disent préoccupés par le bien-être animal, dont 62% qui estiment le sujet "très important" et 35% "plutôt important". On note une certaine disparité au niveau européen, entre les pays nordiques (Suède, Irlande) qui placent le sujet à 80% comme étant très important et les pays de l’Est (Hongrie, Pologne) où cette donnée est inférieure à 30%. Des écarts « qui sont aussi le reflet du PIB de ces pays » relève Philippe Goetzmann, directeur des relations institutionnelles du groupe Auchan.

Les stratégies à adopter

Si 88% des français estiment qu’il faut améliorer le bien-être animal dans nos élevages, cela souligne un indéniable enjeu de communication et de transparence. C’est précisément ce que la deuxième partie de l’étude révèle, au chapitre des stratégies : 89% des sondés français misent sur des efforts d’information sur les conditions et les traitements des animaux, soit 20 points de plus qu’il y a dix ans.
Pour Claude GUILLAUMOT (Terrena) c’est « l’urbanisation du consommateur qui tend à couper le lien avec l’éleveur », pointant ainsi la difficulté d’explicitation des pratiques d’élevage à un public parfaitement néophyte. « Un seul point de crispation [les vidéos d’abattoirs] peut ruiner tous les efforts du secteur dans l’opinion publique […] C’est pour ça qu’il ne faut pas avoir peur de montrer ce que l’on fait, d’aller devant le consommateur et le citoyen».
Au-delà de la communication, l’étude montre un avis positif global pour le recours à la réglementation : 94% souhaitent que les produits d’importation hors Union Européenne soient soumis aux mêmes règles que le marché interne, 92% poussent à l’élaboration de normes au niveau mondial, et 91% pensent que l’UE doit être impliquée dans la sensibilisation au bien-être animal au-delà de ses propres frontières.

Conséquences économiques des produits respectueux du bien-être animal.

Derrière la question du bien-être animal, se cache évidemment celle du coût de revient forcément plus élevé. Yves-Marie BEAUDET explique que l’interprofession de l’œuf réunit les acteurs du secteur pour travailler sur les scenarii d’une mutation progressive du mode de production, qui ne peut changer rapidement sans une aide matérielle importante : « réinvestir en 2012 dans la mise aux normes des cages aménagée coutait 15€/20€ par poule. Pour passer en plein air aujourd’hui, ça revient à 30€/35€ par poule », une charge trop lourde pour les éleveurs.
La question de fond reste donc : les citoyens sont-ils prêts à payer plus ? L’enquête montre que 68% déclarent que oui, mais 40% sont opposés à une augmentation supérieure à 5%. 29% ne souhaitent clairement pas payer plus, l’étude ne révélant pas leur motivation. Christine ROGUET (IFIP) explique que l’une des pistes déjà expérimentée par l’Allemagne est la contribution commune des éleveurs, du circuit de transformation et des distributeurs, par un système de redistribution des gains issus de la vente de produits « éthiques ».

Un problème de lisibilité et de choix

Signe du manque de lisibilité de ce type de produit 61% des sondés sont plutôt favorables à la mise en place de labels spécifiques, et 52% estiment qu’il n’y a pas assez de choix dans les magasins, soit 22% de plus qu’en 2006. Au-delà d’un problème d’offre, cela met en lumière l’intérêt croissant des consommateurs-citoyens pour les produits élaborés et commercialisés dans le respect du bien-être animal.  


Suivant